Comme nous avons pu le constater, ce documentaire se concentre sur le problème algérien.

Mais pour le comprendre correctement, il nous faut le replacer dans son contexte historique, contexte qui est rapidement et sommairement évoqué avec la présentation de Pierre Mendes France.

Le Contexte.

Lorsqu'ont lieu les attentats de la toussaint 1954 en Algérie, de nombreux territoires colonisés par les Européens au 19ème siècle ont obtenu leur indépendance.

carte décolonisation

L'Inde a obtenu son indépendance en 1947après de longues et difficiles négociation avec la Grande Bretagne.

independance de l'Indepartition de l'Inde

 

Après une guerre de près de 10 ans face à la France, l'Indochine (le Laos, le Cambodge et le Vetnam) devient indépendante en juillet 1954 (quelques mois à peine avant les attentats d'Algérie) suite aux accords de Genève.

En Afrique, la Libye se déclare indépendante en décembre 1951.

En juillet 1954 à Carthage (Tunisie), Pierre Mendés France prononce un discours qui ouvre la négociation à l'indépendance de la Tunisie.

Il faut replacer les attentats de la "Toussaint rouge" dans ce contexte de décolonisation avec des nationalistes algériens (ceux qui veulent l'indépendance de l'Algérie) qui veulent faire connaitre leurs revendications.

 

L'Algérie c'est la France!

C'est la réponse du gouvernement français aux revendications du FLN (Front de Libération Nationale) qui revendique l'indépendance de l'Algérie. Il va mener une politique de répression bien montrée et expliquée dans ce documentaire.

Pourquoi?

Parce que l'Algérie est alors formée de 4 départements français (Alger, Oran, Constantine, Territoire du sud) au même titre que l'Hérault.

Parce que près d'1 million d'Européens (10% de la population d'Algérie) vivent en Algérie dont beaucoup depuis plusieurs générations (la colonisation de l'Algérie a commencé en 1830). On les appelle communément aujourd'hui les "Pieds noirs" ou "Français d'Algérie". Ces Européens représentent une force importante pour influencer la politique du gouvernement comme l'exemple de la venue à Alger de Guy Mollet (reçu à coup de tomates) le prouve.

De plus, on vient de découvrir les premiers gisements d'hydrocarbure dans le Sahara en 1954 (le pétrole proprement dit sera découvert en 1956) ce qui n'incite pas à négocier une indépendance.

Enfin, le FLN ne représente pas encore une force très importante. Il ne faut pas oublier que les nationalistes se divisent en deux tendances: le MNA (Mouvement National Algérien) de Messali Hadj et le FLN qui se traduit (comme le montre bien le documentaire) par des oppositions sanglantes entre nationalistes.

Le retour de De Gaulle:
En mai 1958, la situation semble s'enliser: deux fois l'ONU est intervenue dans le conflit algérien, notamment lors de l'attaque en 1956 contre le canal de Suez.
Mais la condamnation par l'ONU du bombardement d'un village tunisien en février 1958 met le gouvernement français dans l'embarras. Aucun homme politique semble susceptible de régler un conflit qui s'enlise et qui jette sur la France un discredit international.
C'est dans ce contexte que certains gaullistes (partisans du général De Gaulle) pensent à son retour en "homme providentiel".
Le 1 juin 1958, l'Assemblée nationale accorde la confiance au gouvernement De Gaulle. Ce dernier a posé comme condition de rédiger une nouvelle constitution pour la France.
Les Français d'Algérie qui pensaient que les gouvernements précédents n'avaient d'autres intentions que de négocier l'indépendance de l'Algérie l'accueillent comme un héros. Pour eux, De Gaulle est l'assurance que l'Algérie restera française. C'est le sens de son discours à Alger "je vous ai compris".
Pourtant, 4 ans plus tard, les accords d'Evian sont signés le 18 mars 1962 et aboutissent à l'indépendance de l'Algérie.